​Traitements naturels contre les maladies hivernales : vitamines, probiotiques...

Avec la crise du coronavirus, on a totalement oublié les maladies hivernales classiques, celles qui reviennent chaque année à la même période... Pourtant elles sont bien là. Pendant le confinement tout le monde reste en intérieur, laisse ses fenêtres fermées et chauffe, voire surchauffe. Des conditions parfaites pour que les maladies se propagent !

Pourtant ce n’est vraiment pas le moment de tomber malade. Alors comment se prémunir de ces maladies et comment se soigner au mieux ?

Comment se transmettent les virus hivernaux ?

Les symptômes sont connus : des vomissements, une diarrhée, des maux de ventre, de la nausée et même des maux de tête, courbatures. Mais, comment passe-t-elle d’un individu à un autre ?

Il y a en réalité deux cas :

  • Le premier, c’est lorsque la maladie est provoquée par un rotavirus. Dans ce cas, il se transmet par les gouttelettes propulsées par une toux ou un éternuement, mais aussi par la salive. Ce mode de transmission est extrêmement contagieux car il suffit de se trouver à proximité d’une personne infectée pour avoir de grandes chances d’être contaminé à son tour. De plus, le rotavirus peut rester actif jusqu’à dix jours à la surface des objets que la personne a contaminés. Enfin, il faut savoir, qu’un malade est contagieux un jour avant l’apparition des symptômes et jusqu’à 10 jours après.
  • Le deuxième cas, c’est lorsque la maladie est provoquée par des bactéries. Dans ce cas-là, le mode de transmission est orofécale. Cela veut dire que vous pouvez être contaminé par quelqu’un qui ne s’est pas lavé les mains après être allé aux toilettes. Le contact avec un objet que cette personne a touché est également un facteur de contagion. Classiquement, les poignées de portes peuvent contenir ces bactéries et favoriser leur propagation dans l’organisme de nombreuses personnes.

Comment éviter de tomber malade ?

Avant qu’un virus ne vous atteigne, vous pouvez prendre certaines mesures pour réduire les chances d’être contaminé.

1. Renforcer ses défenses immunitaires

Les vitamines

La première chose qui vient en tête pour booster son système immunitaire, c’est la cure de vitamine dont voici les principales :

La vitamine C

Si elle ne vous empêchera pas forcément d’être malade, elle permet de maintenir votre système immunitaire à un bon niveau. Pour en absorber une bonne quantité, il faut privilégier les fruits et légumes qui en contiennent. Mais, même ainsi, vous n’en consommerez pas forcément suffisamment. C’est pourquoi, un complément peut vous aider. Une dose de 500 mg à 1 gramme, par jour, est conseillée. Ne dépassez pas 500 mg par prise.

La vitamine D

C’est aussi une vitamine importante pour le système immunitaire. Seulement, en hiver, vous en manquez sûrement car une exposition au soleil est nécessaire pour que votre organisme la fabrique. Il peut donc être salvateur de prendre une capsule contenant 4000 UI, tous les jours, d’automne et d’hiver. Les enfants peuvent prendre jusqu’à 1000 UI par jour.

Les probiotiques

Pour résister à la contagion, il est également essentiel d’avoir une flore intestinale de qualité. Pour l’entretenir, vous pouvez consommer des prébiotiques. Ce sont des fibres spécifiques que les bonnes bactéries de votre intestin consomment, ce qui les aide à proliférer. Vous pouvez aussi manger des probiotiques, c’est-à-dire directement des bonnes bactéries qui peupleront vos intestins. Il est possible de trouver ces deux éléments en complément alimentaire ou dans certains aliments.

Si le sujet vous intéresse vous pouvez consulter cet article qui est plus complet sur le rôle de notre alimentation sur le système immunitaire et les produits à privilégier pour le renforcer.

2. Adopter une bonne hygiène

C’est la base pour éviter la contamination. Il faut se laver les mains souvent. Evidemment, à chaque fois que vous passez aux toilettes, avant et après, mais aussi quand vous avez serré les mains d’autres personnes ou que vous avez touché la barre dans le métro, par exemple. Classiquement, vous pouvez vous laver les mains en arrivant au travail et après avoir dit bonjour à tout le monde.

Evitez également de porter vos mains à votre bouche ou à votre nez. Ce sont des muqueuses, portes d’entrée idéales pour les bactéries. Si vous êtes fumeur, lavez-vous bien les mains avant de faire votre pause cigarette. Evidemment, si votre partenaire est malade, mieux vaut éviter de l’embrasser.

Si vous avez des enfants en bas âge, sachez que ceux-ci sont souvent touchés par les maladies hivernales car ils ont tendance à tout mettre à leur bouche. Soyez donc vigilant car ils peuvent vous transmettre cette maladie assez facilement.

3. Autres conseils

Pensez à bien vous reposer et à dormir suffisamment pour que votre corps soit dans un état optimal. Mangez sainement et faites du sport. Une bonne hygiène de vie est un vrai plus pour avoir un système immunitaire performant.

Que faire si vous êtes déjà contaminé ?

S’il est trop tard, que vous avez déjà des symptômes, les conseils ci-dessus ne risquent pas de beaucoup vous aider. Il est trop tard pour prévenir la maladie par l’hygiène. Par contre, vous devez continuer à appliquer les recommandations pour éviter de contaminer d’autres personnes.

De plus, si vous vomissez et avez la diarrhée, vous risquez de toute façon de ne pas retenir grand chose des vitamines, prébiotiques et probiotiques. Alors, que faire ?

Réhydratez-vous

Malheureusement, tant que votre diarrhée est aigue et que vous vomissez, il va être difficile de faire quoi que ce soit pour combattre la maladie. Par contre, vous devez absolument éviter la déshydratation, qui est un des grands dangers de certaines maladies comme la gastro-entérite. Donc, buvez de l’eau !

Mais, dans le cas d’un virus sévère, cela peut ne pas suffire car vous perdez trop d’eau et cela entraine également une élimination de sels minéraux dont le sodium et le potassium.

Pour combler cette perte, vous pouvez utiliser différentes boissons. L’une de ces boissons est l’eau de riz, préparée avec du riz complet mais, comme nous en parlons ici : Arsenic dans le riz , cela ne semble pas une si bonne idée.

L’autre solution consiste à boire de l’eau minérale gazeuse, qui contient une bonne quantité de minéraux.

Enfin, la dernière alternative est de vous préparer une boisson à base de sucre et d’une pincée de sel. C’est-à-dire une boisson isotonique, comme pour les sportifs. Ce type de boisson améliore l’hydratation : l’eau passe plus vite de votre estomac à vos intestins et de vos intestins à votre sang. De plus, elle apporte du sodium pour combler vos besoins.

Les syndromes s’atténuent - comment guérir plus vite ?

Du moment où vous ne vomissez plus trop et que votre diarrhée se calme, vous allez pouvoir manger de nouveau, mais seulement certains aliments. C’est aussi l’occasion de consommer certains compléments pour aider vos intestins à se remettre plus.

Le psyllium et graines de lin

La maladie a mis à mal vos muqueuses intestinales. Pour les aider à se régénérer, vous pouvez consommer du mucilage, une gélatine végétale que vous trouverez dans le psyllium et les graines de lin. Pour en profiter, mélangez 5 grammes de psyllium dans un grand verre d’eau, 3 à 4 fois par jour. Ou alors, broyez environ 10 grammes de graines de lin, mélangez avec 150 mL d’eau tiède et laissez reposer 30 minutes. Filtrez et buvez cette boisson.

Les probiotiques (encore eux !)

Votre flore bactérienne a été perturbée par le virus. Pour guérir plus vite, vous pouvez lui apporter de nouvelles souches de bonnes bactéries. Elles aideront à reformer une flore normale tout en luttant contre les mauvaises bactéries. Pour cela, les probiotiques composés de Lactobacillus caserii GG et Lactovacillus reuteri sont efficaces.

Attention, car ces bactéries sont sensibles à l’acidité de votre estomac. Il faut donc acheter un complément en gélules entérosolubles car elles ne libèrent les bactéries qu’une fois dans les intestins.

Laissez un commentaire 0 commentaires

Laissez un commentaire: