La Mélatonine : Avis & Conseils

D’après l’institut national de la vigilance et du sommeil, l’ensemble des troubles du sommeil concernent, en France, pas moins de 40 % de la population, 22 % d’entre eux souffrant spécifiquement d’insomnie.

Or l’insomnie, les difficultés à s’endormir, les nuits trop courtes, ont des répercussions non seulement à très court terme (au bout de 2-3 mauvaises nuits, on commence à souffrir d’irritabilité et de baisses de performances de la mémoire) mais aussi à long-terme, en accélérant le vieillissement et en favorisant l’apparition de diverses maladies.

Or jusqu’à ces dernières années, seuls des somnifères très puissants, agissant directement sur le cerveau, aux lourds effets secondaires, étaient disponibles sur le marché. Mais récemment est apparu le traitement par mélatonine, beaucoup plus léger, bien mieux toléré au fil des mois voire des années, et donc au final plus efficace.

En quoi consiste exactement ce médicament ? Comment agit-il ? Quels sont ses effets secondaires ? On vous dit tout.

Qu'est-ce que la mélatonine ?


La mélatonine est une hormone naturellement générée par le corps humain, par la glande pinéale, située dans le cerveau. Cette petite glande est reliée directement aux nerfs optiques. Elle est donc informée quand diminue la lumière et vient la nuit.

C’est alors qu’enclenchera la production de mélatonine qui envoie le signal à votre corps qu’il est temps de dormir, génère donc la sensation de fatigue et a d’autres effets propices à un sommeil réparateur, comme de baisser légèrement la température du corps.

Ce système apparaît chez l’être humain très tôt, à partir de 2-3 mois… La période à laquelle un bébé commence à « faire ses nuits. » À l’inverse, il devient moins efficace avec l’âge. C’est d’ailleurs ce qui explique en grande partie l’augmentation partout constatée de difficultés à l’endormissement à partir de 60 ans.

De plus, la mélatonine a d’autres effets directs sur le métabolisme, réduisant la glycémie de ce dernier par la production de leptine, luttant contre le vieillissement grâce à ses propriétés antioxydantes, renforçant le système immunitaire lorsque l’on dort, et améliorant la libido. C’est ce qui explique que les insomnies aient des répercussions directes sur tous ces principes essentiels à la santé (on sait depuis longtemps que le manque de sommeil chronique fait grossir presque spontanément).

Il existe également de la mélatonine naturelle, que l’on trouve dans des aliments. Elle est évidemment très faiblement dosée, mais reste bien absorbée par l’organisme. C’est le cas notamment des noix, de l’oignon, de l’ananas, des asperges de l’avoine et de la plupart des graines (surtout les graines de chia ou de courge, ainsi que les pépins de pastèque ou de raisins).

Une hormone principalement utilisée contre les troubles du sommeil

Longtemps, et encore aujourd’hui dans les cas aigus, les difficultés à s’endormir étaient ou sont traitées par la prise de somnifères, dont la désignation exacte est celle de « médicaments hypnotiques », aussi connus sous le nom de benzodiazépines.

En agissant directement sur le cerveau, notamment par la diminution de l’anxiété, ils présentent de très nombreux effets secondaires et indésirables. Notamment une accoutumance (il est nécessaire d’augmenter la posologie au fil du temps pour ressentir les mêmes effets) et une authentique dépendance. Interrompre un traitement somnifère ne se fait pas à la légère. De plus, ils laissent également souvent leur usager « groggy » au révei. Ce sont d’ailleurs, par définition, des médicaments psychotropes, classés comme stupéfiants.

À l’inverse, les chercheurs ont constaté que nombre d’insomnies étaient simplement dues à un dérèglement de la production de mélatonine. Ce dérèglement intervient spontanément avec l’âge (particulièrement après 60 ans, mais parfois dès 40 ans), ou lorsque le mode de vie est perturbé : décalage horaire, déménagement, périodes d’angoisses familiales ou professionnelles, maladies, perturbations hormonales majeures comme le fait d’être enceinte, la ménopause et l’andropause, l’adolescence.

La solution est donc toute trouvée : prescrire de la mélatonine pour compenser cette diminution de la production. Le corps retrouve alors son rythme normal et re-synchronise son horloge biologique. Le sommeil revient.

De nombreux autres bienfaits

Mais les vertus de la mélatonine ne s’arrêtent pas là. Elle a bien d’autres effets sur l’ensemble du métabolisme humain, qu’elle soit générée naturellement ou prise sous forme de médicament.

✓ Un anti prise de poids

La mélatonine va déclencher dans le corps la production de leptine, une autre hormone qui a pour effets de stimuler la sensation de satiété (et donc de couper l’appétit) mais aussi de favoriser l’absorption des protéines ingérées au détriment des graisses, et de réguler la sécrétion d’insuline. Autrement dit, elle est indispensable à la régulation de la prise de poids. À l’inverse, un dérèglement de sa production peut engendrer la résistance à l’insuline, donc favoriser le diabète, mais aussi le stockage des graisses.

C’est ce qui explique qu’un sommeil régulier soit indispensable à un régime minceur réussi. Or ces effets se font ressentir naturellement dès lors que l’on prend de la mélatonine, contribuant donc à l’amincissement au quotidien.

✓ Un antioxydant et anti-vieillissement

La mélatonine est un puissant antioxydant. Ces molécules sont celles qui permettent de retarder le vieillissement et ses effets, qu’on trouve en petite quantité dans l’alimentation (certains aliments en contiennent cependant de bonnes doses). La mélatonine fait partie des plus efficaces d’entre elles, et provoque même la production d’enzymes elles-mêmes antioxydantes.

Les antioxdants sont indispensables à la bonne santé du corps, retardant et inhibant les effets de l’âge (déclin cognitif, baisse d’efficacité du système immunitaire, fatigue générale, affaiblissement de la peau), des maladies cardiovasculaires et inhibent la production de cellules tumorales.

On a même constaté chez la souris que la mélatonine avait des vertus radioprotectrices, leur permettant de mieux résister à l’irradiation par du cobalt 60 que le groupe témoin (les souris à qui n’avaient pas été injectées de doses complémentaires de mélatonine).

✓ Antidouleur

Les études scientifiques ont également constaté des effets bénéfiques de cette hormone sur la douleur, notamment les pathologies chroniques comme la migraine ou les fibromyalgies. Cette vertu analgésique se double d’un effet anti-inflammatoire qui permet de diminuer les conséquences néfastes engendrées par les maladies chroniques.

On en ignore encore la raison, mais la migraine elle-même est une affection neurologique dont on explique encore mal les causes. Cette propriété semble toutefois se confirmer au fil des années. En 2016, une étude américaine réalisée sur près de 200 participants suivis pendant 3 mois a constaté que la fréquence d’apparition des migraines était diminuée par deux, comparé au groupe prenant un placebo.


Où acheter de la mélatonine ?

Si la mélatonine à moins de 2 mg se trouve facilement en pharmacie, vous trouverez peut-être plus pratique de vous en procurer sur Internet. Toutefois, soyez prudent, et n’achetez jamais de produits faits pour être ingérés sur un site dont vous n’avez pas la certitude qu’il est totalement fiable !

Heureusement, il existe de nombreuses boutiques online qui ont fait leurs preuves depuis plus plusieurs années et respectent scrupuleusement les normes de production, vente et conservation les plus strictes de l’Union Européenne.

Parmi celles-ci, notre préférence va à Anastore, qui existe depuis l’an 2000 et suit toutes les normes de la pharmacopée européenne et les recommandations de l’OMS, notamment les principes HACCP (Hazard Analysis and Critical Control Points) pour veiller à ce que la qualité de ses produits soit permanente et contrôlée. Anastore a aussi l’avantage d’avoir des conseillers clientèles disponibles par mail comme par téléphone, pour répondre à vos questions sur un produit en particulier ou simplement pour vous enquérir de l’avancement de votre livraison (même si celles-ci sont faites en moins de 48 heures).

Posologie

Le seul problème de la mélatonine est qu’elle est très rapidement éliminée par le corps. C’est pourquoi les médicaments en contenant sont souvent dits à libération prolongée. Comme ce nom l’indique, les comprimés sont conçus de telle manière qu’ils seront lentement digérés, et diffuseront de la mélatonine en petite dose, mais tout au long de la nuit, plutôt qu’en un pic soudain dont les effets se dissiperaient très rapidement.

La posologie recommandée est alors de 2 mg une ou deux heures avant le coucher.

C’est le cas le plus courant, mais certains comprimés peuvent être plus ou moins dosés, selon la gravité du trouble du sommeil dont vous souffrez. Il existe même de la mélatonine concentrée à 3 mg voire de la mélatonine 10 mg ! (Ces dernières ne pouvant qu’être prescrites par un médecin). Veuillez donc systématiquement à consulter la posologie indiquée par le mode d’emploi ou le flacon du traitement particulier qui est le vôtre.

Avis médical sur l'efficacité de la mélatonine pour dormir


L’efficacité de la mélatonine est reconnue par les autorités de santé, mais strictement pour les cas où l’insomnie est due à une baisse de sa production.

Elle est donc surtout prescrite chez les patients de 55 ans ou plus.

Elle a bien moins de conséquences que les médicaments hypnotiques de type benzodiazépine dont l’accoutumance et la dépendance qu’ils provoquent constituent de véritables freins à leur utilisation généralisée.

Danger, contre-indications ou effets indésirables

Comme tout principe actif, la mélatonine est susceptible de présenter des effets indésirables et a ses propres contre-indications.

Les effets secondaires constatés peuvent être une constipation, une sécheresse buccale, voire, dans des cas très rares, une prise de poids à moyen terme.

En principe, et c’est l’un de ses avantages importants par rapport aux somnifères habituels, la mélatonine ne provoque pas de somnolence matinale. Toutefois, il peut arriver que cela soit le cas. Si un tel phénomène se manifeste, prenez-le au sérieux et ne conduisez pas, n’utilisez pas de machine dans les heures suivant le réveil.

De même, bien évidemment, ne prenez JAMAIS de mélatonine avant de prendre le volant ou d’utiliser un engin dangereux.

La mélatonine peut également avoir des effets anticoagulants et ne doit donc pas être consommée en plus de médicaments présentant déjà cet effet. De même, si vous souffrez d’insuffisance hépatique ou rénale, et si vous êtes une femme enceinte ou allaitante, fuyez cette dernière.

D’une manière générale, ne prenez pas de mélatonine, même faiblement dosée, sans en référer à votre médecin si vous suivez un traitement médical ou souffrez d’une pathologie chronique, y compris bénigne.

Et si vous constatez tout effet inattendu, cessez immédiatement la prise et référez-vous à votre médecin traitant.

Nos recommandations pour un bon usage de la mélatonine

La mélatonine est vendue en pharmacie sans ordonnance lorsqu’elle est dosée à moins de 2 mg. Elle reste toutefois un médicament dont la consommation ne doit pas être prise à la légère, et dont les effets se font ressentir sur le long-terme (même si une première amélioration du sommeil peut être constatée en quelques jours). Voici quelques précautions à garder en tête si vous songez à y avoir recours.

Ne prenez pas de mélatonine si vous souffrez de pathologies chroniques ou suivez un traitement médical sans en référer à un médecin. N’en consommez pas du tout si vous êtes une femme enceinte ou allaitante.

Gardez en tête que certaines insomnies peuvent avoir d’autres causes que la baisse de production de mélatonine. Certaines maladies notamment, ou phases d’angoisses ou d’anxiété, voire certains modes de vies, peuvent à eux seuls nuire à l’efficacité de votre sommeil. Si la mélatonine reste sans effet sur vous au bout de trois mois, tâchez de consulter un spécialiste des troubles du sommeil.

Enfin, pensez à respecter les autres bonnes pratiques connues pour faciliter l’endormissement :

● Tâchez de marcher au moins trente minutes par jour,

Limitez les excitants à partir de 16 heures. On pense naturellement au thé ou au café, mais l’alcool en fait également partie, ainsi que certaines pratiques comme les jeux vidéo ou le sport. Ne pratiquez pas d’exercice physique moins de deux heures avant le moment du coucher.

Évitez de dormir dans une pièce trop chaude : votre chambre devrait être à une température de 1 à 2° C de moins que le reste de votre foyer.

● Cessez la consommation d’écrans une bonne heure avant le coucher.

● Considérez votre lit comme uniquement destiné au sommeil et aux activités relaxantes (comme la lecture… Ou les câlins). Ne surfez pas, ni sur l’ordinateur ni sur une tablette ou un téléphone directement de votre lit. Préférez un bon livre ou un magazine.


Les autres compléments qui pourraient vous intéresser :
➢ Oméga 3

Mélatonine
5 (100%) 4 votes

libero. facilisis elit. suscipit velit, nec libero justo ut