Konjac

Les ​Probiotiques : ​ces bactéries amies qui restaurent notre intestin !

On a longtemps cru que les bactéries représentaient l’infection, l’inflammation ou la maladie. Puis, on s’est aperçu finalement qu’il y a des bactéries qui sont naturellement présentes dans notre corps et qui sont bénéfiques, voire indispensables à la vie. Ces bactéries sont surnommées «bactéries probiotiques».

Les bactéries probiotiques sont devenues de plus en plus populaires au cours des deux dernières décennies en raison de la multiplication de preuves scientifiques indiquant leurs avantages pour la santé de l’homme. Ceci a coïncidé avec la prise en conscience croissante des consommateurs sur la relation entre nutrition et santé, les menant à se questionner davantage sur l’efficacité de ces nouvelles superstars de la micro-nutrition.

Zoom sur ces bactéries, vivant au secret dans notre intestin !

Qu'est-ce qu​'un probiotique ?


​Etymologiquement, le terme « probiotique » est dérivé du grec qui signifie « à vie », mais la définition des probiotiques a évolué avec le temps. La définition la plus largement utilisée et qui a contribué au développement du concept de probiotiques est celle de Fuller : « les probiotiques sont des compléments alimentaires microbiens vivants qui affectent de manière bénéfique l’animal hôte en améliorant l’équilibre microbien » [1]. Selon la définition actuelle de l’OMS, il s’agit de « micro-organismes vivants, qui lorsqu’ils sont administrés  en quantités suffisantes procurent un avantage pour la santé de l’hôte ». [2]

Du point de vue médical, les probiotiques sont des microorganismes utiles vivants qui se trouvent dans notre flore intestinale, buccale ou vaginale, mais qu’on retrouve également dans certains aliments, soit parce qu’ils y sont naturellement présents, soit parce qu’ils sont volontairement ajoutés. Par flore intestinale, on entend des milliers de bactéries et de microchampignons qui permettent la digestion des aliments et leur métabolisation (transformation des aliments en énergie, oligoéléments, acides aminés…). Tout est donc décomposé á l’intérieur des intestins pour être redistribué grâce au sang aux organes.

Attention ! Ne sont qualifiés de probiotiques que les microorganismes qui arrivent à survivre suffisamment longtemps dans l’intestin pour avoir des effets bénéfiques.

​A quoi servent les probiotiques ?

Les probiotiques viennent réensemencer la flore intestinale quand elle est soumise à des perturbations. Ils améliorent le transit et permettent plus globalement de renforcer l’immunité, étant donné que 70% des cellules immunitaires se situent au niveau de l’intestin.

Concrètement, ce sont de bonnes bactéries inoffensives qui tapissent l’intestin et agissent comme une barrière, empêchant de ce fait les mauvaises bactéries d’y adhérer. A la base, l’intestin remplit bien cette fonction, mais lorsqu’il est soumis à certaines circonstances comme la maladie, le stress, la prise d’antibiotiques, le changement de régime alimentaire, l’intoxication ou la grossesse, la flore intestinale est perturbée, laissant ainsi place aux mauvaises bactéries de se développer. Un déséquilibre intestinal peut également être dû à une hygiène exagérée pendant l’enfance, au tabac, à l’alcool ou à une prédisposition génétique aux allergies.

Une flore intestinale équilibrée est donc une condition préalable importante à notre santé, mais ceci fait défaut aujourd’hui à beaucoup de gens !

Mode d’action immunomodulateur des probiotiques

En plus de lutter contre la prolifération de bactéries nocives, les probiotiques remplissent une tâche décisive ; Ils pilotent directement la production de cellules immunitaires. A cette fin, ils se fixent contre la paroi intestinale et commencent immédiatement à communiquer avec elle.

Les cellules intestinales fonctionnent donc comme une petite usine à cellules : quand les bactéries probiotiques touchent la paroi intestinale, les cellules intestinales commencent à produire des cellules immunitaires dites cellules T. Celles-ci sont transportées dans tout le corps via le système circulatoire, en particulier dans les muqueuses du corps comme les voies respiratoires. Elles combattent les infections et inhibent les allergies telles que le rhume des foins ou l’asthme.

Quels sont les bénéfices prouvés des probiotiques ? 

a_quoi_servent_les_probiotiques
 La fonction immunomodulatrice des probiotiques a fait l’objet de nombreuses études et il existe actuellement de nombreuses preuves soutenant que les probiotiques influencent plusieurs aspects de la réponse immunitaire acquise et innée, notamment en induisant une phagocytose et une sécrétion d’igA (immunoglobulines A). Les IgA sont par définition des isotypes d'anticorps qui jouent un rôle crucial dans la fonction immunitaire des muqueuses [3,4]


Durant des siècles, la médecine a ignoré le rôle des intestins sur notre santé. Grâce aux récentes découvertes scientifiques, nous savons désormais que cet organe est doté de pouvoirs insoupçonnés. La flore intestinale, ou microbiote selon un langage plus scientifique, et ses centaines de milliards de bactéries, nous protègent de nombreuses maladies :

La diarrhée

La diarrhée, qu’elle soit légère ou grave, est un effet secondaire courant des antibiotiques car ces derniers suppriment la microflore normale, laissant la place aux souches pathogènes de proliférer. Plusieurs études suggèrent que l’utilisation des probiotiques est associée à un risque réduit de diarrhée associée aux antibiotiques, notamment L.rhamnosus, L.casei et S.boulardii. [5,6]

La diarrhée infectieuse

Principalement causée par un rotavirus, la diarrhée infantile aigüe est une des grandes causes de mortalité infantile dans le monde. Des études cliniques bien documentées ont montré que les probiotiques tels que L.rhamnosus GG, L.reuteri, L.casei Shirota et B.animalis Bb12 peuvent raccourcir les épisodes de diarrhée aigües dues au rotavirus [7,8]. Les mécanismes proposés dans ces recherches comprennent le renforcement de la réponse immunitaire associée à la production de substances inactivant directement les particules virales.

L’intolérance au lactose

C’est un déficit en béta-galactosidase déterminé génétiquement, qui empêche d’hydrolyser le lactose en monosaccharides glucose et galactose. Les personnes atteintes d’une intolérance au lactose développent une diarrhée, une gêne abdominale et des flatulences lors de la consommation de produits laitiers. Les probiotiques ont pour avantage de faciliter la digestion du lactose. En effet, la fermentation du produit laitier par les probiotiques transforme le lactose en acide lactique, plus tolérable par l’organisme. De plus, l’acide lactique favorise l’absorption du fer, du phosphore et du calcium faisant d’une pierre deux coups. Ceci explique pourquoi certaines personnes intolérantes au lactose digèrent tout de même mieux le yaourt que le lait. [10]

Les allergies

Le rôle des probiotiques dans les allergies est corroboré par l’observation de leurs différences qualitatives et quantitatives chez les enfants et les nourrissons souffrant d’allergies et des personnes en bonne santé. Des probiotiques tels que Bifidobacterium longum peuvent augmenter le pourcentage des cellules T régulatrices dans le corps, ce qui pourrait accroitre la tolérance aux symptômes de rhume des foins et des rhinites allergiques [11]. D’autres souches comme Lactobacillus casei shirota, semblent modifier l’équilibre des anticorps, ce qui peut être particulièrement bénéfique pour les personnes dont les symptômes sont déclenchés par le pollen pendant l’été.

Autres bénéfices : Le contrôle des émotions !

On dit souvent que nous avons des papillons dans le ventre, ou au contraire que nous nous faisons des nœuds à l’estomac ou que nous avons la peur au ventre ; au-delà de toutes ces expressions toutes faites, il y a un véritable lien entre le cerveau est le microbiote intestinal. En effet, notre intestin est rempli de plusieurs neurones qu’on appelle le système nerveux entérique. Ces neurones permettent une communication entre le cerveau et l’intestin.

Parmi les hormones secrétées par l’intestin, nous citons la sérotonine, hormone de la bonne humeur, qui est sécrétée à raison de 80%. Il y a aussi l’acétylcholine qui est une hormone essentielle à la mémorisation, la noradrénaline qui est une hormone essentielle pour la tension, l’apprentissage et le sommeil et les GABA essentiels à la relaxation et à la sensation de bien être. Toutes ces hormones qui sont essentielles à votre bien être émotionnel sont en grande partie synthétisées dans votre intestin et votre microbiote est fortement lié à cette production.

Pour mieux comprendre, prenons l’exemple du triptophane, un précurseur de la sérotonine. Le triptophane peut être fourni par l’alimentation ou être synthétisé par vos bactéries intestinales. Si votre intestin est peuplé par de mauvaises bactéries, celles-ci vont manger le triptophane et il ne sera plus disponible pour les bonnes bactéries. Comme c’est un élément précurseur de la sérotonine, votre niveau de sérotonine va diminuer et votre bonne humeur également.

Quand et comment consommer les probiotiques ?
Où ​acheter des probiotiques ?

Les probiotiques sont pris de deux manières, soit en cure ou de façon préventive à raison de trois ou quatre fois par an, sur une période de 15 jours. Il est préférable de répartir ces prises de la façon suivante : à la rentrée avant le début de l’automne, en plein hiver, au printemps et les premiers jours de l’été, avant l’arrivée des grandes chaleurs.

Pour choisir ses probiotiques, deux critères essentiels sont à considérer : le prix et la qualité.

Le prix

Les probiotiques se vendent sous forme de sachets ou de gélules. Généralement on prend une à deux gélules par repas ou un sachet par repas. Il suffit de voir les conseils de chaque fabricant.

Si on vous demande de prendre une gélule par repas, qu’il y a 30 gélules dans le flacon et que ces gélules valent 15 euros, on arrive à 50 centime par gélule. Ce qui est un prix raisonnable. En général, les gélules valent entre 30 centimes et 1 euros.

Le nombre de souches

Des milliards de bactéries dans les intestins vivent en symbiose. Ainsi, plus on multiplie le nombre de germes administrés plus on va favoriser la machine. Lisez sur  le flacon le nombre de souches indiqués ; s’il n y a que trois souches, c’est que le probiotique est de moins bonne qualité que s’il y a quatre souches ou plus.

Le nombre de milliards de bactéries par souche

Si c’est de l’ordre de quelques millions, vous n’en aurez pas plus que dans un yaourt ordinaire. En revanche, si chaque gélule ou sachet contient ​environ 6 milliards de bactéries sur  cinq, six ou sept souches différentes, vous aurez un probiotique de très haute qualité.

L’enrobage

Il faut savoir que les bactéries que vous avalez dans les probiotiques ne sont pas vivantes. Elles sont lyophilisées et ne deviennent vivantes qu’une fois ingérées. Le temps qu’elles revivent à l’intérieur de l’intestin, elles peuvent se faire attaquer par le suc gastrique et les autres bactéries. Ainsi, de nombreux probiotiques sont enrobés soit de pectine soit de gomme d’acacia afin d’atteindre l’intestin grêle et le côlon. La micro-encapsulation que certaines entreprises mettent en œuvre multiplie par ailleurs la survie des probiotiques et augmente leur biodisponibilité.

En ce moment, Nutrimea propose ​une occasion​ à ne pas manquer :

- 3 produits achetés = 1 offert

​Il suffit d'ajouter 3 boîtes dans le panier et 1 boîte offerte sera ajoutée automatiquement​.

​Posologie

En alimentation, les probiotoqies peuvent être consommés au rythme ​de 2 gélules par jour (1 le midi et 1 le soir) pendant les repas avec un verre d’eau.

posologie_probiotiques

La transplantation fécale comme dernier recours

Il s’agit de la greffe de matière fécale d’un donneur en bonne santé, à une autre personne afin de rétablir l’équilibre des bactéries dans son intestin. Cette technique est utilisée comme dernier recours lors de pathologies intestinales graves dues à l’infection récidivante à Clostridium difficile. « Plusieurs centaines de transplantations ont été réalisées en France, avec des taux de réussite de 90 à 95 % », déclare le Pr Harry Sokol, hépato-gastro-entérologue à l'hôpital Saint-Antoine, à Paris dans le magazine Top Santé.

Aussi nommée bactériothérapie ou transplantation de microbiote fécal, cette technique s’effectue par le biais d’une colonoscopie ; un tube flexible est inséré dans le colon par le rectum. Elle peut aussi s’effectuer par le biais d’une sonde nasale. Les auteurs d’une revue de 2016, Trust Source, ont suggéré que les greffes fécales pourraient éventuellement traiter des affections telles que le diabète, le syndrome de fatigue chronique, la fibromyalgie, l’obésité, l’arthrite, l’asthme et l’eczéma. [12].

​Effets indésirables possibles des probiotiques


Konjac

​Au tout début d’un traitement probiotique, certaines personnes peuvent souffrir de gaz, de ballonnements ou de diarrhée. Ceci est dû aux changements soudains dans le microbiote intestinal. Cependant, ces effets indésirables disparaissent généralement après quelques jours seulement. Dans de rares cas, les probiotiques peuvent provoquer des éruptions cutanées ou des démangeaisons. Il convient ainsi de prévenir toute personne allergique ou intolérante au gluten, au soja, aux œufs, aux produits laitiers ou au lactose afin de faire preuve de prudence lors du choix de probiotiques.

Le conseil :

Maintenant que  vous commencez à comprendre l’importance de repeupler votre organisme par les bactéries probiotiques, il serait grand temps de réfléchir à leur offrir un environnement propice à leur développement. L’implantation des probiotiques dans le tractus digestif dépend en effet de plusieurs facteurs, notamment la présence de certains nutriments dits prébiotiques (des fibres qui constituent la nourriture de base des probiotiques).

Mise en garde : Ne prenez pas n’importe quel probiotique. Il serait plus sûr de consulter un professionnel de la santé qui vous prescrira le probiotique adapté à votre symptôme et qui a fait ses preuves en terme d’efficacité.

Références :

1 - Fuller R, Probiotics in man and animals. J Appl Bacteriol. 1989 May; 66(5):365-78.

2 - FAO/WHO. Report on Joint FAO/WHO Expert Consultation on Evaluation of Health and Nutritional Properties of Probiotics in Food Including Powder Milk with Live Lactic Acid Bacteria. 2001.

3 - Gut flora in health and disease.Guarner F, Malagelada JR  Lancet. 2003 Feb 8; 361(9356):512-9.

4 - Probiotics: effects on immunity. Isolauri E, Sütas Y, Kankaanpää P, Arvilommi H, Salminen S Am J Clin Nutr. 2001 Feb; 73(2 Suppl):444S-450S.

5 - Meta-analysis of probiotics for the prevention of antibiotic associated diarrhea and the treatment of Clostridium difficile disease. McFarland LV Am J Gastroenterol. 2006 Apr; 101(4):812-22.

6 - Efficacy of probiotics in prevention of acute diarrhoea: a meta-analysis of masked, randomised, placebo-controlled trials. Sazawal S, Hiremath G, Dhingra U, Malik P, Deb S, Black RE Lancet Infect Dis. 2006 Jun; 6(6):374-82.

7 - Shah NP. Functional cultures and health benefits. International Dairy Journal. 2007;17(11):1262–1277

​8 - Probiotics: a role in the treatment of intestinal infection and inflammation? Isolauri E, Kirjavainen PV, Salminen S Gut. 2002 May; 50 Suppl 3():III54-9.

9​ - The effect of supplementation with milk fermented by Lactobacillus casei (strain DN-114 001) on acute diarrhoea in children attending day care centres. Pedone CA, Bernabeu AO, Postaire ER, Bouley CF, Reinert P Int J Clin Pract. 1999 Apr-May; 53(3):179-84.

10 - Rabot S et coll. Guidance for substantiating the evidence for beneficial effects of probiotics: impact of probiotics on digestive system metabolism. J Nutr 2010;140(3):677S-89S.

11 - Probiotics ( Lactobacillus gasseri KS-13, Bifidobacterium bifidum G9-1, and Bifidobacterium longum MM-2) improve rhinoconjunctivitis-specific quality of life in individuals with seasonal al. The American Journal of Clinical Nutrition, 2017; 105 (3): 758 DOI: 10.3945/ajcn.116.140012

12 - Hyun Ho Choi and Young-Seok Cho, Fecal Microbiota Transplantation: Current Applications, Effectiveness, and Future Perspectives. Clin Endosc. 2016 May; 49(3): 257–265. Published online 2016 Mar 9. doi: 10.5946/ce.2015.117


Les autres compléments minceur :
Le Café vert
Le Chitosan

Laissez un commentaire 0 commentaires

Laissez un commentaire: